Les Chasseurs de Manticores - AJA Jeux de rôles
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -39%
Ordinateur portable ASUS Chromebook Vibe CX34 Flip
Voir le deal
399 €

Aria

Aller en bas

Aria Empty Aria

Message  Scribe Ludique 25/11/2021, 15:21

Compte rendu de la 1er séance :
Jaquie Michèle une noble dame en quête de secrets peu avouables, Nicholos le guerrier errant en quête d’aventures et d’une famille, Nora la mystérieuse et chanceuse rôdeuse des bois, Pop’s, le mastodonte à pieds légers (qui l’eût cru ?) et Zayaeth le moine auto-exilé en quête de rédemption faisaient chemin de concert pour éviter brigands et malandrins.
Et après plusieurs jours de marches par monts et par vaux, le groupe finis pas s’aventurer, puis s’égarer dans les sombres bois de Sauvagny.
La nuit tombée, leur marche s’achève par la perception d’une lueur dans une clairière non loin. Le ventre vide et le cœur plein d’espoirs, ils décident de quérir l’aide des potentiels campeurs présent.
Et c’est ainsi qu’ils font la rencontre de trois hommes. Deux maraudeurs/déserteurs vendus d’Osmanlie, détachés des troupes du Khan et d’un troisième, peu vif, ventripotent et chauve, pendu haut et court !
Devant cette macabre découverte, Nicholos s’avance et maitrisant quelques bribes de leur dialecte, les interroge sur leur présence ici, aussi bien que sur l’identité du pendu.
En retour, remarquant quelques traits physiques communs, Refik et Fevzi rétorquent à leur tour, se poser des questions sur sa présence dans ce groupe « d’étranger ».
Toutefois, devant cette incompréhension mutuelle, la conversation tourne cours et les deux guerriers brandissent leur pitoyable lame et passent à l’attaque. Le combat est rapidement expédié. Et ce malgré, suite à une dérisoire tentative de fuite dans les bois et quelques plaies plus ou moins vicieuses.
L’issue permet néant moins de mettre à jour plusieurs choses : Une cassette à demi enterrée pleine de richesse (une bague, une chevalière aux armoires du fief du Rideau et quelques pièces d’or), une poignée de piécettes récoltées sur les deux cadavres et le plus intrigant (ou intéressant diront certains) une broche d’argent et un parchemin identifiant le pendu et sa fonction.  
Le moribond serait donc le bailli itinérant Ordo, missionné par le seigneur Anne du Rideau pour entre autre chose : rendre justice, collecter les amendes, et imposer toute décision aux bourgmestres pour le bien du fief du Rideau. Avec un mandat s’exerçant dans tous les villages de la frontière septentrion-levant du fief tout autour du village d’Arance.

Une fois une sépulture donnée et un bucher improvisé, le groupe d’aventuriers quitte sans regrets, mais plein de questions les bois de Sauvagny pour partir en direction du village le plus proche et y rencontrer Roget, son bourgmestre.

Arrivé dans le modeste mais prospère bourg d’Arance, on leur indique, non sans méfiances, une masure rouge plus cossue que les autres, juchée sur une colline comme étant celle de Roger.

Que vont faire nous héros ?
Profiter du potentiel quiproquo lié à cette lettre de marque, pour se faire passer pour les suivants d’Ordo, restituer ces attributs de pouvoir au premier représentant venu, ou simplement passer sous silence toute cette histoire et voir ce que le capricieux destin a décidé de leur opposer… La suite lors des prochaines aventu
Scribe Ludique
Scribe Ludique

Messages : 85
Date d'inscription : 29/08/2014
Age : 45
Localisation : AUXERRE

Revenir en haut Aller en bas

Aria Empty Re: Aria

Message  Scribe Ludique 25/11/2021, 15:22

Compte rendu de la 2ème séance :
Jaquie Michèle une noble dame en quête de secrets peu avouables, Nicholos le guerrier errant en quête d’aventures et d’une famille, Nora la mystérieuse et chanceuse rôdeuse des bois, Pop’s, le mastodonte à pieds légers (qui l’eût cru ?) et Zayaeth le moine auto-exilé en quête de rédemption faisaient chemin de concert pour éviter brigands et malandrins.

Arrivé à Arance, Jaquie Michèle, Nicholos et Zayaeth se mettent en quête de l’autorité locale en vue de lui remettre la broche et la missive du Bailli Ordo.
Orienté vers une colline au nord du village, le groupe part s’entretenir avec Roget le bourgmestre du village.

Arrivé sur une large terrasse devant une haute demeure, ils découvrent une sinistre guirlande de corde de pendu (sans pendu, hein). Puis sont vivement accueillies par un petit homme râblait qui surgi comme un diable de sa boite par la porte d’entrée.
Sans porter un regard au reste de l’équipe, ce dernier s’adresse à Jaquie Michèle, pour d’une part s’informer de la raison de leur présence et d’autre part savoir « où est Ordo » dont visiblement la présence est requise.
C’est avec une très grande déconvenue que Roget apprend la mort tragique du bailli. S’apitoyant sur les difficultés qui l’accables et les responsabilités qu’il va devoir prendre faute d’autorité compétente.

Jaquie Michèle et le reste du groupe, se présentent alors comme potentiellement compétant, pour tirer le vrai du faux dans l’affaire qui l’afflige. Et c’est donc avec la bénédiction (vite offerte) par le bourgmestre, qu’ils vont dénouer le nœud liant les différents protagonistes (que ce dernier destinait à la corde sans autre forme de procès) autour de la mort de Messire Eudes, le riche négociant d’Arance.
C’est donc avec un esprit emprunt de justice que le groupe s’improvise juge-enquêteurs et rassemble les trois supposés coupables, les convoquant un par un pour confronter leurs versions.

Après une rapide investigation, la vérité éclate sur le dilemme, apportant un éclairage édifiant sur la situation bien malheureuse de chacun. Et c’est avec justesse et impartialité que Jaquie Michèle appliquera les sentences suivante :

Pour Baudoin : le vrai bucheron, faux cuisinier et assassin malgré lui, la sentence de mort en commuée en obligation de s’instruire sur les plantes. Afin d’éviter à l’avenir de confondre de la cigüe et des herbes aromatiques.  

Pour Esclarmide : la rebouteuse et petite main vengeresse. Là aussi la pendaison est commuée, l’obligeant à partager son savoir d’herboriste auprès de Baudoin.

Et enfin pour Hermance : femme en quête de liberté et trop logement maltraitée par son défunt mari. Cette dernière échange la corde d’un mariage sans amour (et accessoirement celle accrochée au figuier) contre une astreinte de reprendre les rênes de l’affaire de son mari, évitant que l’entreprise ne périclite et que cela ne nuise au reste du village.

C’est fort de la résolution de ce dilemme et avec approbation (pour ne pas dire bénédiction), que le bourgmestre Roget confie une seconde tâche au groupe.
En effet, la véritable raison de la venue du bailli Ordo dans cette partie du fief de Rideau, était de découvrir les raisons du tarissement des livraisons de fer depuis Calveau ?
Roget, leur remet avec empressement, une lettre les missionnant et leur permet de garder voir d’utiliser les attributs du défunt bailli. Le tout, accompagné d’une bourse âprement négociée pour leurs frais de route.
Accompagné d’une mule chargée de quelques subsistances pour le voyage, les voilà partis dès le lendemain en direction de la montagne du Dieu du destin pour y résoudre un nouveau mystère.

Toutefois, la route menant au village minier les fera croiser la compagnie de Jotun. Étrange prisonnier retenu dans une cage à la croisée des chemins. Après négociations et promesses, ce dernier propose de les escorter en vue de faciliter leur voyage, au moins jusqu’à la prochaine étape.

Que va-t-il se passer pour nous héros ?
Vont-ils profiter d’un périple sans encontre ? Jotun tiendra-t-il parole ? Qu’est-ce qui retiennent les caravanes qui acheminent le fer de Claveau à Arance ?
La suite lors des prochaines aventures.
Scribe Ludique
Scribe Ludique

Messages : 85
Date d'inscription : 29/08/2014
Age : 45
Localisation : AUXERRE

Banane_Flambée aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum